PacNet : un réseau de communication simple et fiable qui a permis d’améliorer la surveillance des épidémies dans le Pacifique

Nouméa
Une équipe de la CPS travaillant avec PacNet
1
0
Une représentante nationale travaillant avec PacNet
1
0
center

Depuis sa création en décembre 1996, l’un des objectifs clés du Réseau océanien de surveillance de la santé publique (ROSSP) est de créer un lien entre les professionnels de santé afin de faciliter le partage rapide d’informations concernant les risques sanitaires dans la région.

Cet objectif s’est concrétisé à la mi-avril 1997, lorsqu’une liste de diffusion par courrier électronique (et télécopie) a été créée au sein du département Santé communautaire de la Communauté du Pacifique (CPS). C’est ainsi qu’est né PacNet, un réseau d’alerte et de communication simple mais fiable. Grâce à PacNet, les informations concernant les maladies à tendance épidémique ou les menaces émergentes pour la santé publique dans le Pacifique telles que la dengue, la rougeole, la COVID-19 et, récemment, l’orthopoxvirose simienne (variole du singe) peuvent désormais être diffusées en temps réel.

Vingt-cinq ans après sa création, PacNet remplit toujours son rôle. Ce réseau, qui permet la diffusion de courriers électroniques, évolue en permanence pour tirer parti des progrès des technologies de l’information et de la communication. Le nombre d’abonnés à PacNet (des professionnels de santé du Pacifique et d’ailleurs) n’a cessé d’augmenter, passant de 70 en avril 1997 à plus de 1 200 aujourd’hui.

PacNet membership by year, 1997-2022

« PacNet, premier service du ROSSP conçu essentiellement pour l’alerte et la communication relatives aux épidémies, figure parmi les succès du Réseau océanien de surveillance de la santé publique », affirme Sala Saketa, épidémiologiste principale à la CPS.

Alfred Dofai, directeur de laboratoire médical, ministre de la Santé et des Services médicaux des Îles Salomon, ajoute : « Le ROSSP est très précieux, car il nous permet d’accéder aux informations concernant les maladies qui touchent la région. Grâce à lui, nous pouvons nous préparer à lutter contre toutes sortes de maladies susceptibles de provoquer une épidémie. »

PacNet a été conçu pour servir de système d’alerte précoce, et il a permis de diffuser plus de 16 000 alertes, rapports et conseils depuis sa mise en ligne.

L’outil permet également d’accéder à des ressources, notamment à l’expertise technique des membres qui travaillent dans les ministères de la Santé des pays océaniens, dans les organisations techniques internationales, dans les laboratoires de santé publique, dans les instituts de formation, au sein des réseaux de santé professionnels et auprès des bailleurs de fonds.    

« En 2012, une épidémie de dengue a frappé Niue. Grâce aux informations transmises par le réseau, nous avons reçu beaucoup de conseils, d’aide et de ressources. Cela nous a permis d’apprendre à lutter contre l’épidémie et à fournir des informations au grand public », explique Alicia Hipa, chargée de la promotion de la santé au ministère de la Santé de Niue. « Nous avons également beaucoup utilisé PacNet pour les voyages à l’étranger de nos équipes sportives », ajoute-t-elle.

En 25 ans d’existence, PacNet a démontré son importance à maintes reprises. Ce fut notamment le cas lors de grands rassemblements tels que la 10e édition des Mini-Jeux du Pacifique à Vanuatu en 2017 : les autorités de santé publique de la région étaient informées quotidiennement du statut de la surveillance sanitaire grâce à des rapports indiquant l’évolution des syndromes et des maladies infectieuses signalées lors de l’événement.

PacNet est utile dans un autre domaine, celui de la médecine des voyages. Sylvie Laumond, responsable de la santé publique par intérim à la direction des Affaires sanitaires et sociales de Nouvelle-Calédonie, explique que son service utilise régulièrement les alertes et les informations publiées sur PacNet lorsqu’il effectue des  des consultations pour des voyageurs, « par exemple, la dernière alerte de paludisme à Vanuatu (en juillet 2022), nous a permis de réagir tout de suite, de faire des recommandations aux voyageurs et de sensibiliser et informer les médecins ou les professionnels de santé de cette alerte. »

La pandémie de COVID-19 a entraîné de nombreuses alertes et communications sur PacNet, avant même que la pandémie ne soit déclarée en mars 2020. La Division santé publique de la CPS produit des rapports de situation et des cartes hebdomadaires sur l’état de pandémie de COVID-19 et sur d’autres épidémies et maladies émergentes présentes dans la région ou risquant de l’être. Ils sont diffusés à tous les référents pour la surveillance de la santé publique dans le Pacifique via PacNet, en anglais et en français, depuis début 2020. Les pays océaniens ainsi que d’autres membres du ROSSP tels que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), diffusent régulièrement des rapports et des informations sur PacNet, par exemple le bulletin et les rapports de situation nationaux hebdomadaires du Système océanien de surveillance syndromique.

Le flux d’informations échangées sur PacNet a considérablement augmenté au cours des dix dernières années, et les membres du ROSSP envisagent à présent d’utiliser de nouvelles technologies de communication pour moderniser PacNet et attirer davantage l’attention sur les informations essentielles pour appuyer les différentes actions.

A propos du ROSSP

Le ROSSP a été créé il y a 25 ans, en décembre 1996, sous l’égide commune de la Communauté du Pacifique (CPS) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en étroite concertation avec les 22 États et Territoires insulaires océaniens et plusieurs partenaires régionaux.

Il travaille prioritairement sur les maladies transmissibles, notamment les maladies à potentiel épidémique telles que la dengue et la COVID-19.

Le ROSSP propose six services clés pour accompagner les États et Territoires insulaires océaniens dans la surveillance et la lutte contre les épidémies :

 

  • PacNet (alerte et communication) ;
  • Système océanien de surveillance syndromique (détection des épidémies) ;
  • LabNet (identification et confirmation des maladies) ;
  • EpiNet (préparation et riposte) ;
  • PICNet (lutte anti-infectieuse) ; et
  • SHIP-DDM (développement et renforcement des capacités).

By Camille Menaouer-Marteau and Christelle Lepers

0

Le saviez-vous ? PacNet a son propre logo. Il représente une conque, moyen de communication utilisé par les populations du Pacifique, entourée d’un cercle doré symbolisant les États et Territoires insulaires océaniens. Il comporte également le caractère @, symbole international du courrier électronique.

0
0
Division
Santé Publique

Auteur(s)

Displaying 1 - 2 of 2
1435
Public Health
1435
Public Health
Public Health
Pacific Health
Pacific Public Health Surveillance Network (PPHSN)
World Health Organization (WHO)
Public Health
Pacific Health
Pacific Public Health Surveillance Network (PPHSN)
World Health Organization (WHO)